Le saviez-vous ? Plus de 90% des œuvres d’art restent invisibles du grand public

Une collection derrière les murs Nous jugeons souvent la qualité d’un musée à la quantité d’oeuvres qu’il présente. Or, chaque musée possède une collection derrière les murs aussi riche que la collection visible. D’après une étude de “Quartz”, une revue en ligne américaine, la proportion des oeuvres exposées dans les grands musées n’atteindrait que 5% de la collection totale. En effet, faute de place, des centaines de milliers d’oeuvres restent cachées du public. Pour exemple, le Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris possède plus de 5 millions de documents complètement invisibles pour les visiteurs. Lors de la visite de la Galerie Botanique, beaucoup de visiteurs regrettent.

“On a une collection énorme et unique dans le monde. Le MNHN de Paris est un des rares musées à avoir une collection aussi importante, mais inaccessible au public. Pourtant, nous avons commencé à numériser depuis le début des années 2000 l’ensemble de collections, avec presque 12.000 documents numérisés par semaine.” Marc Jeanson

Le plus étonnant est que, parmi les oeuvres non exposées, beaucoup sont des oeuvres d’artistes renommés comme Picasso, Monet ou encore Cézanne. Bien sûr, les musées renouvellent souvent leur exposition, cependant, certaines oeuvres d’artistes méconnus ne sont jamais présentées au public.

 
table-tactile-archives
Table tactile aux archives de Marseille
 
Prolonger l’expérience grâce au numérique – Pour valoriser ces contenus invisibles, les outils numériques sont des atouts majeurs. La Réunion des Musées Nationaux, acteur majeur dans la numérisation du patrimoine français, dispose d’une base de données de plus de 1.200.000 documents, dont environ 600.000 sont en accès libre sur internet. Malheureusement, peu d’institutions sont en mesure de les utiliser pour les diffuser au public via des écrans interactifs, à travers une application mobile ou un site internet. L’utilisation du numérique dans les musées tend à se généraliser, mais attention à utiliser les bons outils, de la bonne façon. Pour la problématique présentée ici, un écran tactile interactif au sein même du musée semble plus pertinent qu’une application mobile. L’écran tactile se présente comme une continuité de la collection, un prolongement des murs. Une application diffusée sur ce genre de dispositif permet de stocker et dévoiler un nombre quasi infini d’oeuvres numérisées et ainsi d’enrichir l’expérience visiteur.
 
Plus qu’un prolongement du musée, l’écran interactif est un réel outil de partage. Souvent multi-utilisateurs, ces dispositifs favorisent les échanges entre visiteurs et attisent leur curiosité pour les amener plus loin dans leur visite.
Favoriser l’autonomie de l’institution –L’acquisition et, surtout, le maintien d’un tel dispositif est coûteux et parfois complexe. Le musée doit pouvoir être autonome et ne doit pas avoir à prétendre à des compétences techniques particulières pour gérer un parc de dispositifs. De cette façon, il n’y a aucun intermédiaire entre le discours scientifique du musée et son public. L’institution doit être indépendante sur la gestion de ses applications et décider entièrement du contenu exposé. Ainsi, pas d’ingérence à craindre !
 
À propos – La valorisation de tous ces contenus cachés est un projet que nous portons actuellement. Nous développons biinlab, une plateforme permettant aux institutions de créer, gérer et diffuser elles-mêmes leurs applications. Récemment, l’Institut Historique de l’Océan Indien, avec CapSciences, nous a contacté pour valoriser un fond de 32.000 documents. Ce sont des applications tactiles d’exploration, des jeux interactifs et des ateliers pédagogiques qui ont été créés et mis à disposition au sein même du musée.

Toutefois, c’est un projet qui a besoin de soutien. Cette initiative s’adresse à n’importe quelle institution ayant des ressources à valoriser (musées, archives, écoles, établissements touristiques…) Pour soutenir notre démarche n’hésitez pas à en parler autour de vous ! Si vous êtes vous-même intéressé, découvrez nos outils sur https://get.biinlab.com/ .